CARTE BLANCHE
À UN ENSEIGNANT EN ECOLE D'ART

Christian GATTINONI,
Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d'Arles

ADAWI Morgane
ALLUEVA Anne-Camille
HSIUNG Nicolas
SAUBESTRE Émilie
SEGOND Marine
SOLA Olivier
VIGOUROUX Yannick

Aux réels : Sans appel

Marc Lenot pour définir la photographie expérimentale la voit « jouer contre les appareils ». Sept jeunes photographes issus de l'Ecole Nationale Supérieure de la Photographie se défont ainsi du référent pour le désintriquer du réel.
1 L'économie technologique
Yannick Vigouroux allie l'antique sténopé ce trou minuscule de la camera obscura à un dos numérique dans un appareil qui agglomère vingt siècles de représentation.
Comme il le théorise dans son blog :
«  Comme si, à la limite de la lisibilité, en cours d'effacement autant que de formation, les images produites étaient incapables de se stabiliser. »
Morgane Adawi insole directement un papier chimiquement préparé au contact de parties de son corps. Les grains du papier et celui de la peau semblent fusionner. Seule une artiste femme pouvait nous donner une vision aussi détachée qu'intime du corps féminin dont le tactile, l'haptique, trouve un équivalent visuel lié à un ressenti interne.
2 Différentes approches critiques.
Emilie Saubestre se confronte directement à des œuvres lors de leur catalogage muséal pour que les éléments de studio soient détournés au profit d'une construction créant des plans de déréalisation de l'objet d'art qui tend à s'abstraire.
Lors du montage d'une exposition au Musée Réattu d'Arles avec Morgane Adawi, dans les temps morts de l'accrochage, elles subliment des espaces intermédiaires, parient l'envers du décor contre la toute puissance de l'œuvre. Une nouvelle plasticité détachée du marché de l'art, mais pas de son histoire, se fait jour, « Unfolded ».
Marine Segond, en répondant à une carte blanche proposée par l'INSERM, se rend sur les lieux de la recherche scientifique la plus pointue en y transportant sa vision intime d'un monde à proximité de saisie. Elle démultiplie les plans d'impact de son regard sur le mode palimpseste. D'effacement en surgissement elle se donne une palette plus proche des Abstrakt Bild de Richter que d'une mission documentaire.
Olivier Sola fait de la platitude de l'image la force constitutive de son esthétique. Il choisit dans le réel des sujets dont le plan se trouve accentué par un léger accident de surface, sans masquer leur référent de la société marchande son jeu visuel privilégie l'apparence superficielle en hommage aux peintres de la modernité.
3 Pratiques d'atelier
Nicolas Hsiung, guette les défauts du monde, ses faux-plats, ses à-peu-près. Il se contente d'y apporter de minimes réparations, sous forme de cales notamment qui remédient à certaines blessures de surface. Il dénonce ces défauts moins liés à la vision qu'au toucher. Un plan idéal, celui de l'image accueille ces transformations qui du réel ont fait sculptures.
Anne Camille Allueva rentre dans l'atelier la tête pleine d'images du monde qu'elle a refusé d'entériner. Son minimalisme de la vision questionne le désir de voir, ses illusions perspectives, ses leurres. Quand elle joue la puissance de l'espace elle n'hésite pas à forcer le trait pour qu'il se fasse signe. Par ses mises en espace de peu de lignes destinées à scarifier notre champ de vision elle rejoint les préoccupations de nombre d'artistes contemporains.
A visiter l'exposition Tableaux/Séries de Gerhard Richter à la fondation Beyeler de Bâle on prend conscience que la question de l'abstraction est moins aiguë aujourd'hui que celle de l'image et de ses plans. Dans le catalogue Georges Didi-Huberman adresse une lettre ouverte au peintre où il l'invite à « sortir du plan » :
« Je vous souhaite donc de « sortir ces images » à la fois de votre plan de fixation psychique (trop bouleversant dans l'imaginaire) où elles se trouvent encore, et du plan de représentation documentaire (trop bouleversant dans le réel) où nous les regardons éventuellement. »
C'est le recours que tentent ces jeunes photographes : aux réels, sans appel.

Christian GATTINONI,
Critique d'art et enseignant
à l'Ecole Nationale Supérieure
de la Photographie d'Arles

 

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Morgane Adawi


Email
www.morganeadawi.com

Dans l'isolement de la salle de bain, bien souvent chambre noire de fortune, rallumer la lumière. Aller chercher du bout de la main l'image de ce sein, de ce sexe invisible à moi-même. Recueillir la trace du contact entre le papier et la peau, la plus épurée des rencontres entre la photographie et le corps. L'image haptique d'une caresse qui s'offre au regard, révèle sans détours la part la plus intime du corps féminin.

 

Sexe, sans titre 1

 

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Anne-Camille Allueva

www.annecamilleallueva.com

Je cherche à rendre compte en photographie de l'expérimentation des espaces, des objets, du visible. Aux mesures strictes je préfère l'illusion de mesure, à l'image, l'illusion de l'image.
Sur le pli entre objet de l'image et image comme objet, je tente par la déconstruction de l'usage de la photographie, de questionner l'image et ses processus d'apparition.

Ligne à angle droit

 

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Nicolas Hsiung


Email
www.nicolashsiung.com

Si mon travail provient essentiellement d'objets récupérés aux matériaux modestes, issus de l'usage quotidien, c'est leur équilibre, leurs relations, les petits espaces qu'ils ouvrent ou comblent, qui est le lieu de l'expérience. Le déplacement, l'arrangement ou l'organisation, proposent la possibilité d'une nouvelle saisie. 
Ma démarche mêle des préoccupations photographiques et sculpturales. L'image offre alors à voir la trace d'un geste qui soumet l'objet à l'expérience d'une durée : fragile équilibre dans une tenue éphémère, un suspens de l'usage, un arrêt entre stabilité et instabilité. 
Adventices constitue une recherche, un ensemble d'expérimentations. 
Adventices signifie à la fois « mauvaises herbes », mais aussi ce qui s'ajoute, de manière accessoire, inutile. 

Sans titre
Série: Adventices


••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Emilie Saubestre

Premier prix 2012 de l'Ecole Supérieure d'Art et de Design Marseille
2011 DNSEP, Ecole Supérieure des Beaux-arts de Marseille
Email
www.emiliesaubestre.carbonmade.com

Faire un pas en arrière pour que surgisse le hors champ. Dans les coulisses du Musée du Quai Branly se joue le spectacle de la mise en scène de l'œuvre.
La dimension théâtrale de l'objet, arraché à ses origines, dialogue avec les matières, surfaces, formes et textures modernes.
Documenter la reproduction de ce que l'on nomme les œuvres « d'art premier » devient un enjeu de regard. En reprenant ce que Arnaud Claass a formulé au sujet de ce travail « à partir des arts premiers naissent des images secondes ».

 

Sans titre (collage déjà là)

 

 
••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Marine Segond

DNAP - 2014 - ENSBA, Paris
Email
marinesegond.free.fr

« Translocation » désigne, en génétique, un échange de matériel chromosomique entre deux chromosomes non homologues.
Par un jeu de transports photographiques, d'échanges de matières lumineuses, la série Translocations donne à voir le laboratoire de recherche immunologique comme un champ de bataille. Le laboratoire est là mais tout est renversé, déplacé. Dans ces espaces dépourvus de repères que nous pouvons contempler sans fin apparaissent alors quelques curieuses poussières. On décompose, on scrute d'un endroit à un autre, d'un plan à l'autre en essayant de faire le point… Et si ces mystérieuses tâches sur le mur étaient en réalité une formation de lymphocytes figée en pleine course ?

Translocation - 2013
Tirage jet d'encre sur papier mat, contrecollé, cadre en chêne naturel, 38 x 55 x 3

 

 

Eleni PRATSI

DNSAP - 2014, ENSBA, Paris
Email

Au commencement était la couleur. Sa matérialité à travers la peinture à l'huile, issue des tubes, est mélangée à d'autres pour former des ronds. La couleur de chacun d'entre eux ainsi conçue verse dans le suivant, châssis après châssis, selon un processus de répétition qui adopte pour chaque toile un processus identique. Le châssis est incliné à l'aide d'un assistant afin que la couleur passe d'un rond à l'autre. Le déroulement débute par un rond plein, d'une seule couleur. Puis la « couleur suit le motif » selon Eleni, un motif à rapprocher du « méandre en ligne brisée », élément décoratif grec. Sur un fond blanc, les ronds, de diamètre identique, comprennent alors deux couleurs. L'ensemble des vingt-quatre châssis donne ainsi naissance au « Chemin de la Couleur » à travers un processus quasi mécanique et un choix qui consiste à tirer, de tableaux de l'histoire de l'art, des couleurs qui servent d'appui à ce parcours inattendu.
Marie-Claire d'Aligny

Le Chemin de la Couleur - 2014 - Galerie Droite, Paris - Frise de 36 mètres, composée de 24 tableaux, huile sur toile, de format identique 150 x 150

 

Guillaume TALBI

2013 - Post-diplôme DNSAP-DNAP, ENSBA, Paris
Email
guillaumetalbi.blogspot.fr

Né à Châteauroux en 1987, Guillaume Talbi s'installe à Paris après ses études à l'école des Beaux-arts de Bourges. Il développe une pratique de sculpture et d'installation à l'école des Beaux-arts de Paris dans l'atelier de Richard Deacon. En 2011, il séjourne six mois en Chine et étudie à la Central Academy of Fine Arts de Pékin. A son retour il concentre ses recherches autour du dessin et de la céramique dans les ateliers de Wernher Bouwens et Claude Dumas. Son travail à figuré en 2013 dans les expositions de la 17ème Biennale Internationale de la Céramique Contemporaine de Châteauroux, (France) et à la 3ème Triennale Européenne de la Céramique et du Verre (Belgique, France, Norvège) de Mons, (Belgique), ainsi que dans d'autres galeries et collections privées. En 2014, il participe à plusieurs expositions collectives présentées à la Galerie Collection, Paris (France), à 1905 Re-Creative Space, Shenyang (Chine), à la V2 Gallery, Pékin (Chine), à la Chapelle de Boondael, Ixelles-Bruxelles (Belgique), à la Galerie Accro Terre, Paris (France), au Salon des Réalités Nouvelles (Paris) et expose dans des lieux de prestige tel que l'Ancienne Nonciature, Bruxelles (Belgique), l'Hôtel Particulier du célèbre antiquaire Mallett au coeur de Mayfair, Londres (Royaume-Uni) ainsi qu'au Palace Plaza Athénée, Paris (France). Dans la même année il est invité à participer à une résidence à la Fondation Culturelle de Céramique à Shigaraki (Japon). En novembre 2014, il présentera sa première exposition personnelle intitulée " Chapitre 1 " à la Jolie Art Gallery, Shenyang (Chine).

Un nouveau monde* - 2014 - Céramique, dimensions variables, Paris, France
* Cycle d'une collection de 140 petites sculptures en céramique

 

Laure Tiberghien

2013 - Troisième année ENSBA, Paris
Email

« On veut toujours que l'imagination soit la faculté de former des images. Or elle est plutôt la faculté de déformer les images fournies par la perception, elle est surtout la faculté de nous libérer des images premières, de changer les images. »
Gaston Bachelard, L'air et les songes

Je perçois ces plaques attaquées à l'acide comme des paysages entropiques, où la ruine et la destruction mettent paradoxalement en valeur le processus de construction. Abstraites, ces images sont en même temps le résultat très concret d'un travail chimique violent et souterrain qui semble brutalement interrompu dans son élan.

Sans titre - 2014
Plaque de cuivre oxydée
25x20

 

Daniel-Jules  ROGER  Mireille VITRYGilles HIRZELRaphaëlle BOUTIÉChristophe GRAVISSabine GIOVANNETTIErik Adriaan VAN DER GRIJNSezny  PERON  YLAGSharon HALLVéronique HENRYAimée TERBURGDoru COVRIGPascal GARINJo KUHN