CARTE BLANCHE
À UN ENSEIGNANT EN ÉCOLE D’ART

 

Didier MENCOBONI,
Ecole nationale supérieure d’art de Bourges

BERTHONNET Théo
CALDERON Mateo
FERRETTO Samuel
HUO Yunong
KIM Kyo Hyun
TARGA Raphael
YU Guo Zheng

Tout au long de son histoire, le Salon Réalités Nouvelles a été l’endroit des premières confrontations pour de jeunes artistes.
Le comité des Réalités Nouvelles invite depuis 2008, avec le soutien de l’ADAGP et de la Copie privée, une sélection de jeunes artistes récemment diplômés et/ou encore en école d’art ou en université.
Deux années consécutives, nous avons donné une carte blanche à un enseignant en école d’art : Christian Gattinoni, enseignant de l’Ecole nationale supérieure de la photographie d’Arles en 2014, et Yvan Le Bozec, enseignant de l’Ecole européenne supérieure d’art de Bretagne à Quimper en 2015.
En 2016, pour la 70e édition du Salon Réalités Nouvelles, nous avions sélectionné 30 projets. Parmi ceux-ci, 18 étaient ceux d’artistes sélectionnés en 2016, notamment à l’ENSBA de Paris. Les 12 autres artistes avaient déjà connu notre salon, alors qu’ils étaient étudiants ou tout juste diplômés, et avaient répondu à notre invitation en exposant une des pièces qui caractérisait leur travail à ce moment-là. Pour cette 70e édition du salon, nous leur avions proposé d’exposer une pièce représentative de leur travail actuel.
L’an dernier, nous invitions à nouveau 6 jeunes artistes à exposer à la fois sur les cimaises du Salon au Parc Floral et à la galerie Abstract Project, 5 rue des Immeubles Industriels 75011 Paris.
Cette année, nous renouvelons l’expérience de confier carte blanche à un enseignent en école d’art permettant de présenter le travail abstrait de tout jeunes artistes : Didier Mencoboni de l’ENSA Bourges.

Olivier Di Pizio
Président du comité du Salon Réalités Nouvelles

En répondant à l’invitation du Salon Réalités nouvelles par une proposition de travaux d’étudiants essentiellement en début de leur cursus, c’est donner à voir la naissance de projets qui sont à un moment où tout est encore en devenir.
Du plan au volume, de la ligne à la surface, de l’écran à la toile, les médiums sont variés et sont pour ce groupe d’étudiants autant de possibles à explorer le temps de cette rencontre. Ensuite, rien n’interdit de passer à un autre médium quand nécessaire. La variété est ici une identité qui caractérise l’école d’art, cette diversité n’interdit pas le collectif et l’échange.
Les propositions nous invitent à partager des histoires singulières qui sollicitent nos sens et notre imaginaire, comme si les cartes de l’art étaient dans un éternel redéploiement, avec gravité et légèreté, parfois humour.
Ici le passé rencontre le présent ; sont convoquées la matière et la mémoire, avec la fraîcheur que confère la découverte des technologies et des cultures et si ressemblance il y a, elle est là pour nous montrer que l’histoire est un bien commun qui peut être une source d’inspiration, une matière faite de rugosités sur lesquelles chacun peut inscrire sa partition.
Ces étudiants, filles et garçons, sont portés par un esprit de recherches et un souci d’expérimentations qui les mènent parfois sur des territoires inattendus, autant d’occasions d’introduire de l’imprévu dans la règle, autant de signes de leurs engagements, de leurs questionnements et de leur confiance dans le devenir de l’art.

Didier Mencoboni
Juin 2018

 

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

BERTHONNET Théo


Email

 

Ce travail montre cette peinture comme un écran. La projection vidéo se fait sur la surface picturale, sur le bois. La matière peinture se trouve ainsi aplatie par les éléments architecturaux projetés à sa surface. Ces éléments se superposent entre eux et créent des rencontres, des collisions, autant d’événements où la peinture se réinvente.

 

Metal Gear Crash
2018
Projection vidéo sur peinture - 180x140

 

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

CALDERON Mateo


Email

 

Les couleurs de l’arc-en-ciel s’alternent sur un livre plié en accordéon. Les couleurs sont dessinées au feutre, ligne après ligne. Je me suis appliqué à juxtaposer chaque ligne à la précédente, dans un geste répétitif. Les mains peuvent déployer le livre dont les pages s’écoulent grâce à la gravité. Les couleurs semblent alors le traverser. A l’envers, la lumière traverse les pages et révèle les couleurs comme un prisme avec le soleil.

Sans titre - 2018
Feutre sur papier plié en accordéon - 8.125 cm x 396 pages (31.5 mètres déplié)

 

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

FERRETTO Samuel


Email

 

Cette peinture met en exergue l’aspect protéiforme de la goutte. Sa faculté à s’exprimer elle-même tout en exprimant les images qu’elle contient, à être le refuge de toutes les images de la peinture.
Ce volume fait partie d’une série qui questionne également les relations entre support, surface et autres composants de la peinture. Elle est la résultante d’un procédé qui convoque l’aléatoire pour mieux observer le jaillissement d’images qui s’opère. Ainsi, elle questionne la part accidentelle de la création. A la recherche de cette chute qui permet à la matière de se transformer (se déformer), la peinture se tend, se déchire, se plie, vibre et crée des formes où l’imaginaire peut venir se loger. 

Forme n°2 - 2018
Acrylique sur bois - 50x19


••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

HUO Yunong


Email

 

En travaillant des matériaux comme le plastique, je réalise un monde parallèle fantastique, un univers où je joue avec la peinture et des objets dans l’espace. Comme nous vivons dans une époque de trop-plein, du tout-jetable, j’utilise des déchets de préférence aux matériaux neufs. Avec ces rebuts il est pour moi question de créer un décalage entre la fonction originelle des objets et leur nouveau statut, c’est une manière de redonner une valeur positive et une complexité aux objets qui ont perdu leurs fonctions, une seconde vie.

 

La Trajectoire - 2018
Technique mixte - 106x120x63

 

 

 
••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

KIM Kyo Hyun


Email

.

La distance est un espace entre les choses. C’est une présence physique de la séparation, de la différence, du possible et de l’impossible. L’écart est le terme minimal d’une distance. L’écart est possible car il n’est pas possible pour les choses d’être ce qu’elles ne sont pas. L’histoire nous montre que cet écart est un espace illimité de possibilités où la différence peut créer une hostilité infinie et une amitié inexplicable. Lorsqu’un écart physique devient psychique, la distance physique n’existe plus. Cette distance n’est plus physique mais psychique. En traversant la carte, un écart physique qui nous est imposé, on pourrait peut-être percevoir que la distance que l’homme a construit est une distance psychique

 

Way to Yosemite - 2018
Vidéo projection avec programmation sonore

 

 

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

TARGA Raphael


Email

 

O  pόμβος  (Le losange) est une série de losanges reliés entre eux. Contrairement au carré, cette forme géométrique possède une perspective assez élastique. Cette série représente un recyclage d’anciens travaux. En trempant le papier dans une quantité non négligeable d’eau, l’encre se propage, cette eau dissout le labeur passé et produit un jeu de différents niveaux de dilution des encres qui finissent par se chevaucher en partie ou totalement, une « explosion encrière ». Venant se superposer aux tâches, une calligraphie hellénique, appliquée à l’aide d’un pinceau, permet l’apparition d’effets de profondeur et de nouvelles teintes. Le recyclage met en avant la genèse de résultats inattendus et surprenants et pose la question des déchets, pourquoi jeter alors qu’une bonne partie de certains biens, inutilisés depuis des lustres, pourraient trouver une nouvelle existence ?

 

O pόμβος - 2018
Encre sur papier - 256x104

 

 

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

YU Guo Zheng


Email

 

La couleur, la lumière et l’espace sont les éléments qui composent mes œuvres. Les relations entre la couleur et l’espace, entre la lumière et l’espace, entre la couleur et la lumière ont un potentiel de créations et de combinaisons infinies. Dans cette série chaque toile est peinte individuellement avec différentes nuances de bleu. Ce sont le ciel et l’eau qui m’ont inspirée et les matériaux que j’ai utilisés ont tous pour caractéristique d’être transparent, la lumière les traverse et c’est dans un jeu de superpositions que les couleurs viennent occuper l’espace.

 

L’angle en bleu - 2018
Châssis en acrylique incolore, soie et couleur pour soie - 330x140

 

Takaki TAKINOCaroline VEITHEmmanuel BOURGEOISLaurent BOUTSarah SCHMITZFélix HEMMEPhilippe VACHERErnst Günter HERRMANNJuan-Carlos ZEBALLOS-MOSCAIROYannick DUBLINEAUCatherine AZNARJan PAMULAPierre MORQUINChristophe LOYERAngélica CAPORASO