édito 2022

abstractions+

Au-delà des références historiques, le terme même d’abstraction recouvre tellement de possibilités et d’expériences différentes que nous voulons montrer cette multiplicité. Des abstractions vectrices d’histoires et d’imaginaires ont porté les combats théoriques dans un autre temps « moderne » mais les débats actuels sont restés vivifiants...

lire plus

organisation

Présidents d’honneur : Michel GEMIGNANI - Guy LANOË

Comité d’honneur : Mohamed AKSOUH - Roger BENSASSON - Jean-Marc EHANNO – Paul Henry FRIQUET - Chantal MATHIEU - Pierre MATHIEU - Roland ORÉPÜK - André STEMPFEL - Joël TROLLIET

Comité : Fabrice AINAUT - David APIKIAN - Joanick BECOURT - Milija BELIC - Jean-Pierre BERTOZZI - Joël BESSE - Jeanne CHARTON - Sandrine COIGNARD - Ralph CUTILLO - Robert DELAFOSSE - DELNAU - Stéphane DESELLE - Diane DE CICCO - Olivier DI PIZIO - Yannick DUBLINEAU - Michel-Jean DUPIERRIS - Gilles DYSEK - Héloïse GUYARD - Stefanie HEYER - Jenny HOLLOCOU - Jacky FERRAND - Elsa LETELLIER - Erik LEVESQUE - Pascal MAHOU - Christian MARTINACHE - Sylvie MARY - Celia MIDDLEMISS - Jean NAVAILH - Paola PALMERO - Laurence REBOH - Jun SATO - Marie-Françoise SERRA - Madeleine SINS - Bogumila STROJNA - Sandrine THIEBAUD-MATHIEU - Karen TREVISANI - Joël TROLLIET - Richard VAN DER AA - Sophie VILLOUTREIX-BRAJEUX

BUREAU
Président : Olivier Di PIZIO
contact@realitesnouvelles.org

Vice-Président : Erik LEVESQUE
contact@realitesnouvelles.org

Secrétariat général : Madeleine SINS - Sandrine THIEBAUD-MATHIEU
Suppléantes : Stéfanie HEYER - Jenny HOLLOCOU - Elsa LETELLIER - Laurence REBOH - Marie-Françoise SERRA
contact@realitesnouvelles.org

Coordination du Secrétariat Général : Michel-Jean DUPIERRIS

Trésorière : Sylvie MARY
Trésorière adjointe : Héloïse GUYARD
tresorier@realitesnouvelles.org

Responsables de section :
PEINTURE / OEUVRES SUR PAPIER - Erik LEVESQUE - Marie-Françoise SERRA
SCULPTURE - Sandrine COIGNARD - Gilles DYSEK
ART CONSTRUIT - Bogumila STROJNA - Françoise BENSASSON
ESTAMPE : Jeanne CHARTON - Sophie VILLOUTREIX-BRAJEUX
PHOTOGRAPHIE : Michel-Jean DUPIERRIS - Jun SATO - David APIKIAN (images animées)

Administrateur du blog des Réalités Nouvelles : Erik LEVESQUE
administrateur@realitesnouvelles.org

Réseaux sociaux : Michel-Jean DUPIERRIS

Archivistes : Domitille d'ORGEVAL - Erik LEVESQUE

Relations presse : Olivier GAULON

candidatures

modalités

salon 2022

L'appel à candidature pour la session du Salon 2022 est terminé.

Les candidatures reçues ultérieurement seront conservées dans le cadre des expositions « Réalités Nouvelles Hors les murs » et pour la programmation de la Galerie Abstract Project
(5 rue des Immeubles Industriels 75011 Paris).

Le Salon aura lieu du 20 au 23 octobre 2022
à l’Espace Commines

(17 rue Commines 75003 Paris)
au Réfectoire des Cordeliers
(15 rue de l'école de médecine 75006 Paris)
et du 20 au 29 octobre
à la galerie Abstract Project
(5, rue des immeubles industriels 75011 Paris)

demande

Vous pouvez nous adresser un dossier complet (en version pdf uniquement) comprenant un texte d'intention sur votre démarche, une biographie, dix visuels de vos travaux, vos coordonnées à :
contact@realitesnouvelles.org

artistes

artistes 2022

Lire plus

arts et sciences 2022

lire plus

hommages

lire plus

archives

histoire

1946-47 : l'association dite "Salon des Réalités Nouvelles" se substitue à l'association "Abstraction-Création" (1931). C'est le Salon de l'Abstraction, animé par les artistes.
1956, puis 1980 : toutes les tendances de l'abstraction sont représentées au Salon, et jusqu'aux marges de l'abstraction.

Ses présidents :
1946-53 : Fredo Sidès
1953-55 : René Massat
1956-80 : Robert Fontené
1981-94 : Jacques Busse
1995-04 : Guy Lanoë
2005-07 : Michel Gémignani
2008-> : Olivier Di Pizio

Ses principaux lieux d'exposition à Paris :
1946-69 : Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris
1971-78 : Parc Floral de Paris à Vincennes
1982-83 : Espace de Nesle (Paris 6°)
1984-93 : Grand Palais
1994-00 : Espace Eiffel-Branly
2001-03 : Espace Auteuil
2004-19 : Parc Floral de Paris à Vincennes
2020-22 : Espace Commines (Paris 3°) et Réfectoire des Cordeliers (Paris 6°)

Documentations diverses :
Statuts des Réalités Nouvelles - 1947
Premier manifeste du Salon en 1948
Marie-Amélie Kaufmann : Les échanges artistiques franco-allemands en 1948-1949
Domitille d'Orgeval : L'histoire du Salon des Réalités Nouvelles de 1946 à 1956
Guy Lanoë : extraits de la préface du catalogue du 50ème Salon des Réalités Nouvelles
Réalités Nouvelles : 60 ans d'abstraction - les grandes dates
Jacques Busse : Prédominance de l'Abstraction tout au long du XXe siècle


Salon Réalités Nouvelles - 1948
Palais des Beaux-Arts de la Ville de Paris © Archives RN/IMEC

Salon Réalités Nouvelles - 1974 - Parc Floral de Paris © Archives RN/IMEC

Salon Réalités Nouvelles - 1988 - Grand Palais © Archives RN/IMEC


Coupure de presse - 1946 © Archives RN/IMEC

Hommage à Kupka - Réalités Nouvelles - 1953 © Archives RN/IMEC

Hommage à Malevitch - Réalités Nouvelles - 2015
Parc Floral de Paris © Archives RN/IMEC

Les archives des Réalités Nouvelles

L'ensemble des archives des Réalités Nouvelles a été déposé à l'IMEC de Caen, Abbaye d'Ardenne où elles sont à la disposition du public et des chercheurs, pour être consultées à votre demande.
Il est à noter qu'il existe un bureau parisien où peuvent vous être présentés les documents que vous souhaitez consulter.
Vous trouverez également l'ensemble ou partie des catalogues du Salon Réalités Nouvelles à la Bibliothèque Kandinsky du Musée d’art moderne/Centre Pompidou à Paris, au Musée d'art moderne de la Ville de Paris, aux musées de Grenoble et de Nantes, ainsi qu’à l’Institut national d’histoire de l’art (Inha) à Paris.
Les fonds d’artistes des Réalités Nouvelles : Robert et Sonia Delaunay (Bibliothèque Kandinsky, Paris), Auguste Herbin (Musée Matisse-Herbin du Cateau-Cambrésis), Otto Freundlich et Jeanne Kosnick-Kloss (Imec, Caen), Maria Manton et Louis Nallard (Inha, Paris)...
Un important fonds documentaire sur les œuvres et les artistes des Réalités Nouvelles de 1950 à 1980 et leurs réceptions, se trouve dans les fonds du psychologue et psychiatre Ignace Meyerson (1888-1983) répartis entre ceux déposés aux Archives nationales et ceux de sa bibliothèque personnelle déposés à la bibliothèque universitaire Paris XII Créteil.

IMEC - CENTRE POMPIDOU - INHA PARIS - MAM PARIS
MUSEE de GRENOBLE - MUSEE de NANTES
ARCHIVES NATIONALES - PARIS XII CRETEIL




Débat - Réalités Nouvelles - 2018



Une Intelligence Artificielle, secrétaire des RN ? Possible ou souhaitable ?
Samedi 27 octobre 2018 (15h-17h)

Initialiser l’abstraction avec le Rasta Project ?
Une équipe de chercheurs du Lamsade – Laboratoire d’analyse et modélisation de systèmes pour l’aide à la décision, Université Paris-Dauphine/CNRS) – composée des chercheurs-enseignants, maîtres de conférences, Florian Yger et Benjamin Negrevergne de l’Université Paris-Dauphine, et Adrian Lecoutre, étudiant à l’INSA de Rouen, travaillent à mettre au point une Intelligence Artificielle : le Rasta Project, pour Recognizing Artistic STyle Automatically, capable de reconnaître le style d’une peinture à partir de 25 styles prédéterminés : Abstract Art, Abstract Expressionism, Art Informel, Art Nouveau (Modern), Baroque, Color Field Painting, Cubism, Early Renaissance, Expressionism, High Renaissance, Impressionism, Magic Realism, Mannerism (Late Renaissance), Minimalism, Naïve Art (Primitivism), Neoclassicism, Northern Renaissance, Pop Art, Post-Impressionism, Realism, Rococo, Romanticism, Surrealism, Symbolism et Ukiyo-e suivant la nomenclature proposée par le site WikiArt (ou Wikipeinture), plateforme collaborative dédiée à la peinture.
Le Rasta Project donne une probabilité de reconnaissance des styles esthétiques des peintures à partir de ceux intégrés dans le logiciel par techniques d’apprentissage automatique sans avoir recours ni aux métadonnées, ni au différentiel colorimétrique. La méthode de “reconnaissance des formes” repose sur le “deep-learning”, c’est-à-dire l’apprentissage profond de la machine via la technique dite “des réseaux de neurones”. La méthode n’est pas nouvelle, elle a été inventée dans les années 1950. Elle revient en force depuis les années 2000 et acquiert une célébrité médiatique avec la victoire d’Alpha-Go, programme de jeu de Go en 2015 et par la puissance démultipliée de calcul des machines. Le Rasta Project fonctionne par couches successives, les premières étant dévolues à la reconnaissance visuelle. Chaque couche répond à une suite de protocoles différents. Le réseau de neurones – nom métaphorique de la succession de couches – doit ainsi apprendre “par lui-même” pour classer de nouvelles images correctement, images qui lui seraient présentées et qui ne sont pas textuellement dans la data initiale.
Pour l’instant, l’Intelligence Artificielle bloque à un certain palier. En effet, plus la reconnaissance est spécifique plus l’IA est performante, mais ayant atteint un apex ses performances décroissent ou confusent. Ainsi si le Rasta Project reconnaît un Kandinsky (Fugue 1914) comme art abstrait à 100 %, ou un Mondrian figuratif (Arbre Rouge 1908-09) comme post-impressionniste, il ne reconnaît pas une Naissance de Vénus (1984) d’Andy Warhol inspirée par la Vénus de Botticelli comme “Pop Art” mais comme “Surréalisme à 94%, Informel à 2% et Naïf à 2 %”... affichant sa généalogie stylistique ascendante, la machine reconnaît l’inspiration de Warhol !
Mais pour une crucifixion d’Andrea del Castagno (v.1419-1457) qui est reconnue comme du “Symbolisme” à 26% et de la “Renaissance Primitive” à 26 % la machine propose sa généalogie descendante (son influence sur) avec comme bonne réponse “Romantisme” à 32%. Bien évidemment cet écueil provient en partie de la construction préalable et des choix discutables de WikiArt, dont nous devons admettre les présupposés succincts, puisque cette data-base sert de support aux chercheurs du Lamsade. Ainsi la machine trouve la bonne réponse à 50% en moyenne, reconnaît systématiquement les gravures japonaises au style caractéristique Ukiyo-e, mais se perd dans les catégories abstraites subtiles, entre minimalisme, Color Field Painting, Abstract art, Expressionnisme abstrait... Le problème semble donc plutôt venir de la catégorisation des items initiaux de la base utilisée indépendante du Rasta Project.

Un outil d’arbitrage ?
On peut s’interroger de l’intérêt relatif de cet outil en l’état et de sa classification de démonstration et de recherche, au-delà de la prouesse technique de programmation en Intelligence Artificielle. Il nous semble que, développée, cette technique (en en changeant la nomenclature de références) pourrait bien devenir un vrai “Shazam” (logiciel de reconnaissance musicale) des arts visuels, permettant de retrouver des œuvres analogues, au style similaire. On imagine l’utilité qu’un tel outil pourrait apporter pour les bases d’objets volés qui, malgré les maquillages et les changements d’attribution, se retrouveraient reconnus puisque la reconnaissance se fait sans métadonnée, à la différence des Smartify, Magnus ou Google Image qui eux utilisent de plus le différentiel de colorimétrie. On pense également à l’utilité qu’un tel outil pourrait avoir pour les bases de données d’artistes, permettant la reconnaissance des styles des artistes et pouvant devenir un outil remarquable pour la recherche des droits d’auteurs plastiques sur Internet, bien que l’utilisation d’une nomenclature de datas visuelles sous droits (de moins de 75 ans) pose un problème déontologique : les œuvres sont intégrées au logiciel en datas.
On imagine que ce type d’outils logiciels pourrait servir au classement des bases de données de peinture non classées, comme celles des Réalités Nouvelles, ouvrant même à de nouvelles définitions des pratiques de l’abstraction. La question de la reconnaissance des images étant proche de celle de la génération automatique des images on peut également penser que cet outil, à terme, générera lui-même ses propres œuvres... et citations ! Mais on pourrait également envisager de créer un secrétariat virtuel des Réalités Nouvelles, automatisant ou aidant les choix du jury à accepter ou à refuser telle pratique ou telle œuvre, rejetant les œuvres figuratives en particulier, mais également les sempiternelles n-ièmes citations, redites et rabâchage de style daté. Il faudrait alors que le comité des Réalités Nouvelles définisse ce qui est arbitré par une catégorisation nominale des items, mettant à jour de nouveaux critères esthétiques de l’abstraction. Ainsi l’Intelligence Artificielle du Rasta Project nous invite à nous remettre en question, à repenser nos propres modes de fonctionnement et de pratique en une réflexion ouverte et libre.

Erik Levesque, Etretat, août 2018

débats et colloques

2008 : L'Abstraction aujourd'hui, singularités des Réalités Nouvelles, 19 avril 2008
Présentation
Texte d'Erik Levesque
Lettre de John Hoyland (version française)
Letter from John Hoyland (english version)

2009 : L'abstraction face à l'esthétique "hollywoodienne", quels chemins pour l'art abstrait demain ?, 18 Avril 2009
Présentation
Texte de Daniel Danétis : La nécessité du langage non-verbal face à la toute puissance de la machine
Texte de Céline Berchiche : L'influence d'Auguste Herbin après 1945

2010 : Collecter, Déposer, Donner : les Archives des Réalités Nouvelles, 10 avril 2010
Texte d'Erik Levesque

2012 : Trois figures des Réalités Nouvelles
Texte de Madame Denise Vernerey-Laplace (EHESS)

2013 :
Croisements, texte de Françoise Caille
Wiki-historique, texte d'Erik Levesque
Les archives des Réalités Nouvelles, texte de Domitille d'Orgeval

2014 : Le travail de l'artiste : pratique professionnelle versus pratique amateur, 25 octobre 2014
Présentation

2015 : 100 ans après Malevitch, qu'est-ce que montrer l'abstraction ?
Texte d'Erik Levesque

presse

Relations presse : Olivier Gaulon
olivier.gaulon@gmail.com


COMMUNIQUÉ de PRESSE 2022

édition 2021

Revue de presse

éditions 2020-2016

revue de presse

éditions 2015-2006

revue de presse
>



VISUELS DE COMMUNICATION 2022 (à télécharger)

Flyer (pdf)
Flyer (recto) / Flyer (verso)
Instagram 1 / Instagram 2


partenaires

partenaires officiels

Ministère de la Culture

ADAGP

la copie privée

La Réserve des Arts


IESA

Fondation Taylor

Marin

Percept - Lab

partenaires médias

Art Absolument

artension

Arts Hebdo Médias

Point Contemporain

la critique.org

Le Journal des Arts

L’Officiel Galeries & Musées

Le Quotidien de l'Art

L'Oeil

prix partenaires 2022


Chaque année, un jury de critiques d'art visite le salon en avant-première et récompense le travail d'un artiste. Ce prix consiste pour la presse en une publication print ou web, pour la Fondation Taylor en une aide à la création et pour la maison Marin en une dotation constituée de matériel pour artistes.

Pour le Salon Réalités Nouvelles 2022, dix Prix de la critique ont été décernés : le Prix Art Absolument, le Prix Artension, le Prix Arts Hebdo Médias, le Prix L’Œil, le Prix L’Officiel Galeries & Musées, Le Prix Lacritique.org, le Prix Le Quotidien de l’Art, le Prix Marin, le Prix Point Contemporain et le Prix Fondation Taylor.

Prix Art Absolument 2022
PERCEPT-LAB (Laurent KARST et Filippo FABBRI)



Le mètre étalon du déplacement de l’ombre au milliardième de la vitesse de la lumière, 2022, installation visuelle et sonore
© Percept-Lab (Laurent KARST et Filippo FABBRI)


Canopée 2 XL, 2021, papier incisé et bouclé sur monotype sérigraphié, 100 x 70 cm
© Muriel Kerba, ADAGP Paris 2022 – Photo : Olivier Gaulon

Prix Artension 2022
Muriel KERBA




Prix Arts Hebdo Medias 2022
Darko KARADJITCH



Cheminements #1, 2022, bois de cerisier, sable et chaux agglomérés, 147 x 314 x 75 cm
© Darko Karadjitch – Photo : Franck Joyeux


Avant de devenir poussière, 2022, bois polychrome, 97 x 27 x 16 cm
© Sandrine Ars-Coignard, ADAGP Paris 2022 – Photo : Olivier Gaulon

Prix L’OEil 2022
Sandrine ARS-COIGNARD



Prix L’OEil 2022
Stefanie HEYER



Vestige #41, 2022, technique mixte sur papier, 115 x 128 cm
© Stefanie Heyer, ADAGP Paris 2022 – Photo : Olivier Gaulon



Objet Monolithique, 2021, peinture et vernis sur résine, 100 x 100 x 100 cm
© Yanis Khannoussi – Photo : Franck Joyeux

Prix L’Officiel Galeries & Musées 2022
Yanis KHANNOUSSI



Prix L’Officiel Galeries & Musées 2022
Celia MIDDLEMISS



Voir un univers dans un grain de sable, 2021-2022, huile sur toile, 65 x 92 cm
© Celia Middlemiss, Adagp Paris 2022 – Photo : Olivier Gaulon


No Frame, 2022, photographie, 40 x 120 cm
© Marcel Crozet – Photo : Olivier Gaulon

Prix Lacritique.org 2022
Marcel CROZET



Prix Le Quotidien de l'Art 2022
Eric PETR



Variations de lumière op.6, 2022, installation de 8 photographies, octoptyque, 54 x 64 cm
© Eric Petr


Sans titre, 2018, technique mixte sur toile, 90 x 120 cm
© Erwan Fages – Photo : Olivier Gaulon

Prix Marin 2022
Erwan FAGES



Prix Point Contemporain 2022
Marie GRATZMULLER



Walking on the Edge (série Espaces dérivables), 2022, acrylique sur toile, 130 x 97 cm
© Marie Gratzmuller - photo : Olivier Gaulon

Prix Fondation Taylor 2022




Alvaro BOTEZ


Germination, 2018, taille directe, travertin rouge d'Iran et bois, 51 x 41 x 41 cm
© Alvaro Botez – Photo : Olivier Gaulon

Caroline GARCIA



Gneiss I, 2022, gravure sur gomme, 70 x 50 cm
© Caroline Garcia, ADAGP Paris 2022

Claude GESVRET



Mouvements, 2022, acrylique sur toile, 80 x 89 cm
© Claude Gesvret, ADAGP Paris 2022 – Photo : Olivier Gaulon

Laurence REBOH



Étude pour six taches, 2022, acrylique sur papier, 167 x 226 cm
© Laurence Reboh – Photo : Olivier Gaulon




prix partenaires 2021


Pour le Salon Réalités Nouvelles 2021, neuf Prix de la critique ont été décernés : le Prix Art Absolument, le Prix Artension, le Prix Arts Hebdo Médias, le Prix L’Œil, le Prix L’Officiel Galeries & Musées, Le Prix Lacritique.org, le Prix Le Quotidien de l’Art, le Prix Marin et le Prix Fondation Taylor.

Prix Art Absolument 2021
Juan Carlos ZEBALLOS MOSCAIRO



Genesis, 2021, technique mixte sur carton, 130 x 130 cm
© Juan Carlos Zeballos Moscairo – Photo : Philippe Letellier


Reprendre Vie, 2021, acrylique et collage sur toile, 130 x 162 cm
© Anne-Marie Pernet – Photo : Olivier Gaulon

Prix Artension 2021
Anne-Marie PERNET




Prix Arts Hebdo Medias 2021
Stefanie HEYER



Vestige #32, 2021, technique mixte sur papier, 30 x 40 cm
© Stefanie Heyer, Adagp Paris 2021 – Photo : Olivier Gaulon


Trois 5, 2020, grès haute température, 47 x 48 x 51 cm
© Isabelle Doblas-Coutaud – Photo : Olivier Gaulon

Prix L’OEil 2021
Isabelle DOBLAS-COUTAUD



Prix Le Quotidien des Arts 2021
Cécile BONDUELLE



Domestication, 2020, bois et métal, 80 x 50 x 50 cm © Cécile Bonduelle – Photo : Olivier Gaulon



Possible, Permanent Sap Green, 2021, huile sur toile, 146 x 114 cm
© Pola Carmen, Adagp Paris 2021 – Photo : Olivier Gaulon

Prix L’Officiel Galeries & Musées 2021
Pola CARMEN



Prix Lacritique.org 2021
Tania LE GOFF



KDF #2, 2014, peinture, 120 x 90 cm © Tania Le Goff, Adagp Paris 2021 – Photo : Olivier Gaulon


Sans titre, 2021, technique mixte sur toile en tissu réfléchissant, 100 x 81 cm
© Elsa Letellier – Photo : Olivier Gaulon

Prix Marin 2021
Elsa LETELLIER



Prix Fondation Taylor 2021




Sibylle BESANÇON


Côte à côte, 2021, siliques de radis patinées et bois, 85 x 105 x 20 cm
© Sibylle Besançon, Adagp Paris 2021 – Photo : Franck Joyeux

Khedija ENNIFER COURTOIS



Passé Présent II, 2020, eau forte et pointe sèche sur cuivre imprimée sur papier Arches, 40 x 30 cm et Passé Présent I, 2020, eau forte et pointe sèche sur cuivre imprimée sur papier Hahnemühle, 40 x 30 cm
© Khedija Ennifer Courtois – Photo : Franck Joyeux

François HUSSON



Sans titre, 2019, technique mixte sur toile marouflée sur bois, cire d’abeille et pigments, 195 x 130 cm
© François Husson – Photo : François Husson

Bernard JEUFROY



Composition, 2021, acrylique sur toile, 210 x 124 cm
© Bernard Jeufroy – Photo : Franck Joyeux